Pressions sur la Diversité biologique en Tunisie

Plusieurs menaces pèsent sur la biodiversité en Tunisie. Les changements climatiques constituent un motif de réelle inquiétude. Les récents travaux sur les changements climatiques en Tunisie prédisent la recrudescence des accidents climatiques extrêmes : la sècheresse et les inondations. Les derniers modèles stipulent une augmentation de la température de 1,8 à 2,7°C à l’horizon 2050.

Les changements climatiques et leurs effets sont d’ores et déjà perceptibles, particulièrement pour les espèces marines, où certaines espèces thermophiles commencent à coloniser les côtes nord de la Tunisie risquant de perturber ces écosystèmes. Les menaces de nature anthropique constituent néanmoins les dangers les plus immédiats et pèsent lourd sur la diversité biologique.

Cela englobe l’urbanisation, l’appauvrissement de la palette de variétés cultivées, l’intensification des cultures et les utilisations non rationnelles de pesticides, la dégradation des espaces steppiques et des forêts, la surpêche de certaines espèces, la chasse etc.
Lire la suite...

Pressions sur les agrosystèmes

Les variétés locales sont en danger d’extinction vu la tendance à l’intensification de l’agriculture et l’utilisation des variétés introduites. Par ailleurs, l’emploi excessif des pesticides de tous types aura incontestablement un effet délétère sur la biodiversité de la faune sauvage particulièrement les invertébrés. Les pesticides causent l’intoxication des espèces non cibles, l’extinction des espèces vulnérables, des problèmes de stérilité et de mutations.

Pressions sur les forêts et parcours

Les zones pastorales sont particulièrement menacées de dégradation due principalement à un surpâturage. En effet, bien que la part des parcours dans la ration alimentaire n’ait cessé de baisser, l’augmentation des effectifs couplée à une baisse des terres destinées au parcours a abouti à une augmentation de la charge animale à l’hectare. La Tunisie a la densité la plus élevée en Afrique avec 40,3 moutons/km2.

Les forêts subissent également un surpâturage et une surexploitation des ressources. Par ailleurs, et particulièrement depuis la révolution du 14 janvier 2014, certaines constructions illégales ont vu le jour dans les domaines forestiers.

Les changements climatiques, les épisodes de sécheresse, la désertification, les érosions sont autant de phénomènes constituant un danger pour les écosystèmes en Tunisie. Tous les modèles s’accordent à indiquer une augmentation de la température d’environ 1 à 2,8°C et une baisse des précipitations allant jusqu’à 104mm/an d’ici l’horizon 2050. Ces changements climatiques vont constituer une menace pour plusieurs écosystèmes et donc plusieurs espèces de la flore de la Tunisie

Pressions sur la faune

La chasse a fortement contribué à la régression des effectifs de quelques taxons et à la disparition complète de certaines espèces de la Tunisie, particulièrement pour les mammifères de grande taille ou encore l’autruche.

Malgré la réglementation sévère actuelle, la chasse illégale continue de constituer une menace sérieuse pour le maintien de certaines espèces comme la gazelle, certains oiseaux ou encore des petits carnivores comme le Zorille de Libye (Ictonyxlibyca; Poecilictislibyca). D’autres espèces comme certains escargots, les caméléons, les tortues, scorpions et serpents subissent des prélèvements anarchiques menaçant sérieusement leurs populations.

Pressions sur le littoral et les écosystèmes marins

Les écosystèmes marins, dans leurs composantes végétale et animale, sont le sujet de plusieurs menaces. Des biotopes particuliers comme l’estran de la région de Sfax sont menacés par les opérations de remblayage ou encore par les extensions des salines.

La pollution, dont celle au phosphogypse sont également responsable de la détérioration du littoral de certaines régions. La pêche et l’utilisation d’équipements tels les chaluts à panneaux sont néanmoins responsables des destructions les plus importantes aussi bien de la flore et herbiers que de la ressource halieutique. Le chalutage ainsi que la pêche excessive sont responsable des menaces que pèsent sur d’autres écosystèmes marins importants de la Tunisie comme le coralligène. Ceci est illustré entre autres par la baisse des stocks de corail rouge de 25 tonnes en 1980 à moins de 1 tonne actuellement ou encore par la baisse considérable des populations de certains poissons tels que les mérous.

Le littoral tunisien est un autre écosystème particulier subissant plusieurs menaces. Certaines de ces menaces sont liées aux changements climatiques et particulièrement l’élévation du niveau de la mer. Il a été démontré que les plages de sable sont les plus vulnérables à ces phénomènes. D’autres menaces, d’ordre anthropique, touchent également le littoral, dont les constructions anarchiques et illégales.

Les changements climatiques, et plus particulièrement l’élévation de la température, a abouti à l’apparition dans les mers du nord de la Tunisie, puis à la prolifération de certaines espèces thermophiles qui n’étaient retrouvées qu’au niveau du golfe de Gabès (Sud de la Tunisie).

Les espèces exotiques et invasives

Une espèce invasive ou espèce envahissante est une espèce exotique qui devient un agent de perturbation nuisible à la biodiversité autochtone des écosystèmes naturels ou semi naturels parmi lesquels elle s’est établie. Les phénomènes d'invasion biologique sont aujourd'hui considérés par l'ONU comme une des grandes causes de régression de la biodiversité.

repartition des herbiers de posidonie le long du littoral tunisien

Nom ScientifiqueNom communOrigineMilieu de l’apparitionTerrestre/marine
Arctotheca calendula (L.)Levyns/ Artoctis calendula (L.)/ Cryptostemma calendula ceum (L.) DrucesouceArtothèqueEndémique de l’Afrique de SudNord ouest de la Tunisie : Tabarka, nefza, Sedjenane…
(introduite accidentellement vers les années 1970)
Terrestre
Solanum cleagnifolium Cav.Morelle jauneMexiqueSidi Bouzid, Kairouan, Sousse, Zaghouan, Nabeul, Tunis la capitale, Bizerte, Beja ,Seliana (introduite accidentellement vers les années 1980)Terrestre
Solanum rostratum DunalBuffaloburEtas UnisSidi Bouzid ville, les périmètres irrigués de Sidi Bouzid (introduite accidentellement en à sidi bouzid2000)Terrestre
Oxalis articultakunthOxalis articulée/ Oxalide  articuléeEurope/AsieInstitut Sylvo-pastor de tabarka et au park national d’El Feidja (introduite accidentellement  à tabarka et à El Feidja en 2000)Terrestre
Metapenaeus monocerosCrevette blanche Golfe de Gabèsmarine
PinctaclaradiataPintadue radiéeIndopacifiqueGolfe de Gabès (migration lessepsienne accidentelle depuis 1891 )marine
Libinia dubiaCrabeAmériquesGolfe de Gabèsmarine