Les montagnes de la haute steppe

Djebel Bou Ramli

Il est situé à 25 km au Nord-Ouest de Gafsa, avec un point culminant à 1.156 m. Il est constitué de roches calcaires et est délimité au Nord par les steppes d’alfa, et au Sud par les sebkhats.

L’alfa couvre la totalité de la montagne, en association avec les peuplements dégradés de genévrier de Phénicie et de chêne vert au sommet. L’armoise champêtre et le romarin s’associent à l’alfa sur les pentes plus basses. Une grande variété d’espèces, dont certaines sont rares, fait partie du cortège floristique de Djebel Bouramli.
La faune est assez riche, mais la couverture végétale basse limite l’extension des grands mammifères dans la région.

Djebel Bou Hedma

Erigé en parc national depuis 1980. Il est situé à 85 km à l’Est de Gafsa et à 45 km à l’Ouest de la côte. Les massifs sont carbonatés avec des marnes et gypse. La montagne est entourée par des steppes. Le sommet de Bouhedma présente un bioclimat aride supérieur, lié à l’humidité fournie par les nuages bas.

Les caractéristiques physiques et bioclimatiques de Bouhedma sont telles qu’elles lui donnent une végétation typique. En bas, ce sont les pseudo-savanes arborées à Acacia radiana ou leurs formations de dégradation et à partir des mi-pentes la végétation naturelle se compose de formations typiques de pin d’Alep et surout de leurs formations de dégradation.

Les mammifères de la région se composent de la gazelle dorcas, du chacal, de la genette, du lièvre, du porc-épic, et de plusieurs espèces de chauves-souris. Les oiseaux sédentaires de Bouhedma comprennent l’aigle de Bonelli, le vautour percnoptère, l’aigle royal, le faucon pèlerin et le faucon lanier.

Depuis sa gestion en Parc National, les formations à Acacia ont été non seulement conservées, mais aussi développées. En outre, nombreuses espèces animales exterminées depuis plusieurs décennies ont été réintroduites. Parmi celles-ci, on cite la gazelle dama M’horr, l’Addax, la pintade de Numidie et l’autruche.

Les monts de Matmata

Cette chaîne de hauts plateaux et de montagnes basses se situe le long de la bordure Est du Grand Erg. La pluviométrie y varie de 300 mm à moins de 200 mm, ce qui est important par rapport aux milieux environnants. Les températures y sont plus clémentes.

Les associations végétales du Nord de cette chaîne sont des garrigues dégradées de genévrier de Phénicie. Celles de la partie Sud sont différentes plus pauvres et plus dégradées. Le genévrier est dispersé sur ces montagnes et risque de disparaître. Le caroubier, l’oléastre, le lentisque, le périploque et le calycotome sont aussi clairsemés. Les espèces communes comprennent le romarin, le globulaire, le ciste et le thym. Le versant Sud porte des espèces indicatrices de milieux plus dégradés comme l’armoise blanche et l’alfa

La faune comprend plusieurs espèces de rongeurs, dont le goundi, divers rapaces et quelques espèces de mammifères carnassiers (chacal, renard...).
Les monts de Matmata constituent une barrière naturelle entre les steppes désertiques et le grand Erg Oriental, qui se continue en Lybie.